Pratique
Documents bretons
ARCHIVES
DE BRETAGNE
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

documents médiévaux bretons - Installation de l'évêque de Léon Philippe de Coetquis en 1422.
BNF Fr 22339.

Installation de Philippe de Coetquis, évêque de Léon.

L'an de grâce 1422 indiction, 14e, le lundi après le dimanche des Rameaux 17e jour de mars l'an 4e du pontificat de Notre Saint Père le pape Martin V, révérend père en Dieu Messire Philippe de Coatkis, évêque de Léon, arriva en belle et grande compagnie près l'église de Saint Pierre au faubourg qui mène de Saint Paoul à Sainte Magdalenne où, s'étant arrêté dans le chemin près le cimetière, se présenta bien monté Tangui seigneur de Kermauan, lequel obéissant à la sommation lui faite par ledit seigneur évêque, mit pied à terre et le chapeau au poing, conduisit ledit seigneur par la bride de son cheval jusque dans le portail de ladite église de Saint Pierre où il mit pied à terre, ledit de Kermauan lui tenant l'étrier droit à raison duquel service le cheval que ledit seigneur évêque avait monté jusque là demeura audit seigneur de Kermauan et tout son équipage aussi. Cela fait, l'évêque s'assit en une chaire dans le porche de ladite église à côté droit de la porte où le susdit de Kermauan lui ôta les éperons et tira les bottes, lui leva le manteau et le chapeau, toutes lesquelles hardes lui demeurèrent acquis et à cause de ce service, incontinent l'évêque fut par ses chapelains revêtu de ses ornements pontificaux et le clergé précédant li (?) entra dans l'église où, l'oraison récitée, il appela les seigneurs Tanguy de Kermauan, Allain de Coativy et Guiomarch de Kervern, et leur fit entendre qu'à eux comme vassaux de l'église et nobles chevaliers de son diocèse, appartenait l'honneur de porter trois des poteaux ou piliers de sa chaire en son entrée solennelle dans son église et ville, les sommant de défendre soi et son église de toutes injures, violences et oppressions, lui aider de tout leur possible à administrer la justice à la défense de soi et de sadite église, ainsi et comme il appartenait à tous et chacun d'eux conformément aux droits et sanctions légitimes à quoi firent réponse les susdits nommés qu'ils étaient prêts et appareillés d'obéir de tout leur pouvoir à la juste semonce dudit seigneur évêque, cela fait, se présenta Prigent seigneur de Coatmenech, chevalier, procureur de son père, autre Prigent de Coatmenech, et Henry seigneur de Penmarc'h, âgé d'environ huit ans, lesquels représentèrent par l'organe d'écuyer Yves de Kermellec qu'autrefois s'était mu procès entre ledit seigneur de Coatmenech et feue damoiselle Guillemette le Belli (Baillif), chacun contestant le droit et privilège de porter le 4e poteau de la chaire pontificale et de percevoir la 4e partie des ustensiles de la cuisine épiscopale tel jour leur appartenir, lequel droit de ladite le Belly était dévolu au seigneur de Penmarc'h, lesquels de Penmarc'h et de Coatmenech seraient parvenus à un certain appointement par lequel était accordé entre eux que le seigneur de Coatmenech porterait ledit poteau jusques à certain endroit du chemin convenu entre eux et le seigneur de Penmarc'h, le reste du chemin, et diviseraient également entre eux la 4e partie des ustensiles de la cuisine, partant supplièrent ledit seigneur évêque qu'il lui plût agréer cet appointement et les admettre à ce service, honneur et privilège, à quoi ledit seigneur évêque fit réponse qu'attendu qu'il ne lui coûtait pas qu'à aucun des prétendants appartenir ce droit et qu'ils en fussent en possession ni que le procès intenté pendant entre eux pour ce sujet n'était encore décidé ni terminé et joint aussi que quand bien aucun desdits seigneurs serait en possession de ce droit sans dispute ni contradiction néant (?) le seigneur de Coatmenech n'avait pas suffisante procure et le seigneur de Penmarc'h était trop jeune pour lesquelles et autres raisons le seigneur évêque ne pouvait leur accorder leur requête jusques à être plus à plein informé des droits des parties et partant sans préjudice il séquestra ce droit entre ses mains pour cette fois et le donna à écuyer Henri du Chastel et au seigneur de (Kerared ou Kerareld) pour cette fois seulement, incontinent la procession sortit pour marcher vers la ville, les chanoines et dignités revêtus des chapes et ornements précieux marchant chacun en son rang et ordre. L'évêque sortit de l'église etc... (tour de la ville, banquet dont la vaisselle est ensuite répartie en quatre - sur une copie tirée des archives du chapitre de Léon).

Date de création : 12/06/2009 @ 21:56
Dernière modification : 12/06/2009 @ 21:56
Catégorie : documents médiévaux bretons
Page lue 3647 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article


react.gifRéactions à cet article


Réaction n°2 

par HerveTorchet le 05/05/2011 @ 13:31

@ PB

 Non, c'est bien de la maison de Coetquis qu'il s'agit.

Réaction n°1 

par Philippe29900 le 05/05/2011 @ 11:32

Philippe de Coetquis fait-il parti de la maison de COETQUEN. Si oui connaissez-vous sa filiation?MerciPhilippe BACQUER


up Haut up

Hervé Site - © 2006-2008

Conformément à la loi française Informatique et Liberté (article 34), vous disposez d'un droit
d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant.
Pour ce faire, il vous suffit de m'en faire la demande par e-mail (adresse dans la boîte Webmaster).